Praticien hospitalier : une retraite tardive due aux longues années d'études

date de publication 29 juillet 2019

Pour les praticiens hospitaliers (mais aussi les médecins à l’hôpital, chirurgiens dentistes hospitaliers, pharmaciens hospitaliers, urgentistes…), l’âge minimum d’ouverture des droits à la retraite est normalement fixé à 62 ans. Mais ils sont peu nombreux à quitter la vie active à cet âge là. L’âge de départ à la retraite moyen d’un praticien à l’hôpital dépasse les 65 ans. Ceci s’explique car ils ont débuté tardivement leur carrière à cause de la longue durée de leurs études. Du coup, ils ne parviennent pas facilement à atteindre le nombre de trimestres requis (entre 167 et 172 trimestres) à l’âge légal de départ en retraite, pour percevoir une pension maximale. Pour y avoir droit ils sont donc obligés de prolonger leur carrière. Ceux qui partent néanmoins sans avoir validé les trimestres requis subissent une décote (une baisse définitive de leur pension de base). Pour limiter cet effet, la Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice) offre aux praticiens hospitaliers la possibilité de cotiser pendant la vie active en vue de leur retraite, qui leur sera versés à vie sous forme de rente trimestrielle . Avantage non négligeable : 100 % des cotisations versées sont déductibles chaque année du revenu net global, donc à la clé, des économies d’impôt chaque année !

Praticien hospitalier : retraite tardive longues années d'études

65,4 ans : c’est l’âge moyen de départ à la retraite pour les praticiens hospitaliers.

Pour deux raisons : ils ont débuté tardivement leur activité à cause de la durée de leurs études (en moyenne, les praticiens hospitaliers s’inscrivent pour la première fois à l’ordre des médecins à presque 33 ans) et le fait que les pouvoirs publics les encouragent à travailler plus longtemps pour pallier le manque de médecins. Ces agents publics dits « sous statut » sont affiliés à l’Assurance Retraite (et non pas à la CNRACL comme les agents titulaires de la fonction publique hospitalière), et à l’IRCANTEC pour le régime complémentaire obligatoire. Pour les praticiens hospitaliers, l’âge minimum de départ à la retraite est de 62 ans. Pour eux (comme pour les salariés du privé), la pension de retraite de base est calculée à partir du salaire moyen des 25 meilleures années. Une disposition qui devrait changer fin 2019 : la nouvelle réforme des retraites prévoirait de prendre en compte la totalité de la carrière.

Certains praticiens hospitaliers partent à la retraite à 65 ans sans avoir validé le nombre de trimestres requis pour partir à taux plein

Si les praticiens partent à la retraite en moyenne un peu au delà de 65 ans, l’âge limite fixé par décret est de 67 ans. Certains praticiens choisissent plutôt de prendre une retraite progressive : elle permet au médecin de travailler à temps partiel et de percevoir, en plus du revenu professionnel, une fraction de sa retraite. Malgré les dispositifs permettant de travailler plus longtemps, les praticiens hospitaliers parviennent souvent difficilement à valider les trimestres requis pour une retraite maximale: entre 167 et 172 trimestres, soit 43 ans de vie active. Le compte est rarement atteint. Certains partent à la retraite à 65 ans sans avoir validé assez de trimestres. Ils subissent une baisse définitive de leur pension, c’est ce qu’on appelle la décote.

L’importance de préparer sa retraite pour les médecins, pour pallier le départ tardif dans la vie active, du fait de la durée de leurs études

Comme pour tous les agents de la Fonction publique hospitalière, la Complémentaire Retraite des Hospitaliers est une solution sécurisante à envisager : cotiser pendant qu’on est en activité pour se constituer un complément de revenu pour sa retraite, qui sera ensuite versé à vie. Avec un avantage de taille : 100 % des cotisations sont déductibles du revenu net global (dans la limite d'un plafond et dans les conditions fixées par la législation fiscale en vigueur). En cotisant pour préparer votre avenir, puisque la CRH est ouverte aux médecins, vous faites donc des économies d'impôts chaque année : cela vaut doublement la peine de s’y intéresser !

Découvrir les avantages de la CRH
cliquez ici

Plus d'info sur la retraite des praticiens hospitaliers
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers