Masseur kinésithérapeute hospitalier: Salaire et grille indiciaire

date de publication 6 mai 2019

Les principales missions du masseur-kinésithérapeute hospitalier, en particulier après les interventions chirurgicales, consistent à établir les capacités fonctionnelles d’un patient, via un parcours de soin adapté. Il doit être titulaire d’un diplôme d’Etat obtenu en trois ans. Le salaire d’un masseur kiné à l’hôpital est de 1800 euros bruts en début de carrière. Et selon la grille indiciaire du masseur kinésithérapeute hospitalier, il touchera, en fin de carrière, un revenu brut inférieur à 3000 euros, quel que soit son grade. C’est certainement la raison pour laquelle 80 % d’entre eux choisissent une carrière en libéral, car les perspectives de rémunération sont plus intéressantes. Pour ceux qui font le choix d’exercer en hôpital, comme pour tous les agents hospitaliers, la baisse de revenus au moment de la retraite oscillera généralement entre 25 et 30 %. La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice), conçue par des hospitaliers pour les hospitaliers, donne la possibilité d’y remédier, en toute sécurité. Comment ? En cotisant progressivement pendant la vie active.

Salaire Masseur kinésithérapeute hospitalier- grille indiciaire

A l’hôpital, les masseurs-kinésithérapeutes rééduquent les patients après des interventions chirurgicales parfois assez lourdes. Leur rôle  rétablir les capacités fonctionnelles. Les masseurs–kinésithérapeutes hospitaliers sont titulaires d’un diplôme d’Etat qui se prépare en principe en trois ans. Depuis 2017, le corps des masseurs kinésithérapeutes a été reclassé en catégorie A. Ils appartiennent non plus à la catégorie active, mais à la catégorie « sédentaire ».

Pour tous ceux qui arrivent en poste aujourd’hui, l’âge d’ouverture des droits à la retraite est donc fixé à 62 ans. Mais ceux qui étaient en poste avant 2017 ont pu exercer un droit d’option.

Pour ceux qui ont choisi de rester en catégorie « active », l’âge d’ouverture des droits à la retraite est resté à 57 ans. Pour ceux qui ont choisi d’intégrer la catégorie « sédentaire », l’âge d’ouverture des droits à la retraite a été fixé à un palier intermédiaire : 60 ans. Pas toujours facile de s’y retrouver dans cette période de transition !

Pour les masseurs-kinésithérapeutes, pas toujours facile de valider le nombre de trimestres requis pour partir à la retraite à taux plein

Une chose est sûre : pour tous, il faut avoir validé entre 167 et 172 trimestres pour partir à la retraite à taux plein (75% du traitement calculé sur les 6 derniers mois). Un cap de plus en plus difficile à atteindre, si on tient compte des études qui ont repoussé l’âge d’entrée dans la vie active ou les éventuelles interruptions de carrière. Ce qui entraine logiquement une diminution définitive du montant des retraites (décote) pour ceux qui veulent quand même partir à l’âge d’ouverture de leurs droits.


Et si le moment était venu de vous y préparer ? C’est ce que vous propose La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (CRH), si vous êtes agent de la Fonction publique hospitalière ressortissant du C.G.O.S ou agent de l’AP-HP : anticiper les baisses de revenus à venir en cotisant tout au long de votre carrière afin de vous constituer petit à petit un complément de revenu pour demain.
Une solution simple, souple et sûre qui vous permet de préparer votre avenir, avec une cotisation adaptée à votre budget (que vous pouvez modifier quand vous le souhaitez sans frais ni pénalités).

Découvrir les avantages de la Complémentaire Retraite des Hospitaliers
cliquez ici

Estimer gratuitement sa retraite de base
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers