Les métiers des soins de rééducation : sept professions très différentes

date de publication 23 mars 2020

Dans la Fonction publique hospitalière, des personnels classés dans la catégorie des soignants exercent aussi des professions tournées vers la rééducation, la formation ou la prévention. Cela comprend des métiers variés : masseur-kinésithérapeute, psychomotricien, orthophoniste, diététicien ou encore ergothérapeute, orthoptiste ou pédicure podologue. Ils contribuent à une prise en charge pluridisciplinaire des patients, en lien avec les médecins et les équipes infirmières et aides-soignantes.

Les métiers des soins de rééducation de la fonction publique hospitalière

Quels sont les métiers des soins de rééducation à l’hôpital ?

Les métiers des soins de la rééducation font partie des activités soignantes de l’hôpital, au même titre que les soins infirmiers ou les soins médico-techniques par exemple. Ces professionnels participent à une prise en charge pluridisciplinaire des patients. Ils peuvent aussi dépister ou évaluer certaines pathologies et recueillir des données cliniques. Le masseur-kinésithérapeute, par exemple, met en place un protocole de rééducation du patient en post-opératoire ou dans le cadre d’une pathologie. L’ergothérapeute aide à retrouver une meilleure autonomie, et le psychomotricien participe aussi la rééducation lorsque les difficultés sont d’origine psychique. Le rôle du diététicien comprend une part d’éducation et de formation pour améliorer la santé du patient. L’orthophoniste hospitalier est quant à lui amené à évoluer dans différents services : neurologie, gériatrie ou encore néonatologie.

Les métiers des soins de rééducation : des parcours différents selon les métiers

La formation de chaque professionnel diffère selon son métier.

Ainsi, l’ergothérapeute hospitalier est titulaire d’un diplôme d’État de niveau bac +3, avec un salaire brut mensuel en début de carrière de 1827 €. Le certificat de capacité d’orthophoniste (CCO) se prépare en 5 ans, tout comme le diplôme des masseurs-kinésithérapeutes ; et celui des orthoptistes et des pédicures-podologues en 3 ans.

Depuis 2011, ces métiers sont passés en catégorie A de la filière hospitalière des services de soins, de rééducation et médico-technique.

Seul le métier de diététicien(ne) est toujours en catégorie B.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers