Quelle retraite pour les techniciens d’analyse en biologie médicale de l'hôpital ?

date de publication 14 mars 2019

Même s’il a changé plusieurs fois d’appellation dans le temps (laborantin, technicien de laboratoire, technicien d’analyse biologique…), son métier est resté le même : le technicien d’analyse en biologie médicale réalise les prélèvements, effectue des analyses biologiques et des tests de contrôle, pour aider les praticiens à établir un diagnostic. Agent de catégorie B, classé en emploi « actif », l’âge d’ouverture de ses droits à la retraite est fixé à 57 ans. Mais à cet âge là, rares sont les techniciens de laboratoire qui peuvent partir à la retraite à taux plein (pension maximale).

techniciens d’analyse en biologie médicale de l'hôpital

Depuis le décret du 27 juin 2011, le technicien de laboratoire médical hospitalier constitue un emploi de catégorie B de la filière médico-technique de l’hôpital (avec les manipulateurs d’électroradiologie médicale et les préparateurs en pharmacie hospitalière). Selon le grade (classe normale et classe supérieure), un technicien d’analyse en biologie médicale perçoit en début de carrière entre 1600 et 2000 euros mensuels bruts. L’écart de réduit par la suite entre les deux grades : selon la grille indiciaire, le traitement de fin de carrière varie entre 2500 et 2700 euros bruts selon le grade.

Technicien de laboratoire médical hospitalier: un emploi soumis à « des risques particuliers

Le technicien de laboratoire médical hospitalier est amené à manier des produits parfois dangereuxIl doit aussi se prémunir contre toute exposition à des agents infectieux : éviter les piqures septiques, les accidents d’exposition au sang avec risques de contamination par le VIH ou les virus des hépatites, les blessures par coupures de verre, ou les brûlures... Le technicien d’analyse en biologie médicale est un emploi soumis à « des risques particuliers », classé en catégorie « active ».

L'âge d’ouverture des droits à la retraite pour un technicien d’analyse biologique est fixé à 57 ans.

C’est un emploi qui présente « un risque particulier, il est donc classé en catégorie « active ». Ce qui veut dire que l’âge d’ouverture des droits à la retraite pour un technicien d’analyse biologique est fixé à 57 ans.

Mais pour partir effectivement à cet âge là à taux plein (75 % de son traitement calculé sur les 6 derniers mois), il doit aussi avoir validé entre 167 et 172 trimestres selon sa situation, soit entre 41 et 43 ans de vie active. Ce qui est rarement le cas à cet âge là quand on a commencé à travailler vers l’âge de 21 ans après quelques années d’études. Et s’il décide de partir quand même à 57 ans, c’est alors accepter une amputation définitive de sa pension de retraite (décote). Pour se prémunir de cette situation, il lui est donc nécessaire durant sa carrière d’anticiper en optant pour des solutions lui permettant de se constituer un revenu complémentaire pour sa retraite.


La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice) permet au moment du départ en retraite de disposer d’un capital et de percevoir chaque trimestre un revenu complémentaire. En cas de décès avant et après la retraite, une partie de cette complémentaire peut, sous certaines conditions, être reversée aux proches.

Pour découvrir tous les avantages pour votre future retraite
cliquez ici

Pour faire une estimation de votre retraite de base
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers