cgos.info Espace agent
Retour

Métiers & carrières

Infos hospitalier

12 août 2021

Quelles seront les infirmières de demain ?

En savoir plus pour préparer votre retraite ?

Recevez le guide
d'info gratuit

Je télécharge

Estimez
votre retraite de base

J'estime

Découvrez
les 9 avantages de la CRH

Je découvre

Alors que ParcourSup a enregistré un record pour la formation d’infirmières, une enquête de l’ONI (Ordre National des Infirmiers) nous apprend comment le métier pourrait évoluer. Entre rêve et réalité, cette profession continue de susciter des vocations, mais aussi des interrogations sur la manière de l’exercer.

Les générations futures sont là !

Les chiffres de ParcourSup ne mentent pas et sont éloquents : le Diplôme d’État d’infirmier est en tête des demandes pour 2021 et représente 9 % des vœux. En deuxième position, se trouve d’ailleurs le Parcours d’Accès Spécifique Santé (PASS) qui concerne aussi les études médicales. Sur les 930 632 inscrits, 19 203 ont choisi le métier d’infirmière. Cela montre un véritable engouement, que l’on peut remarquer d’année en année, pour les professions médicales : les candidats n’étaient que 17 127 en 2020 et 14 744 en 2019.

Ce vivier de futures infirmières est à préserver : en effet, le vieillissement de la population et l’augmentation des maladies chroniques impliquent un besoin croissant de professionnels du soin. Mais quelles sont les aspirations des infirmières aujourd’hui et des futures professionnelles ?

Une vaste étude pour mieux comprendre les attentes des infirmières

Du 30 avril au 5 mai 2021, 30 000 infirmières ont répondu à une consultation menée par l’Ordre National des Infirmiers. Un travail d’autant plus intéressant que la pandémie de la COVID-19 a demandé un investissement particulier et intense de cette profession. Et a montré leur rôle essentiel dans notre système de soins.

Infirmière, un métier passion

Les infirmières qui ont répondu à cette enquête sont 90 % à se déclarer fières de leur métier et 70 % s’épanouissent dans cette pratique. Ces pourcentages montrent l’attachement tout particulier que ces professionnelles de santé ont pour leur métier. Mais au-delà de ces premiers chiffres, les infirmières ont aussi besoin de voir leur profession évoluer.

Une volonté de changement

La crise de la COVID-19 a aussi provoqué une prise de conscience auprès des infirmières : 40 % d’entre elles indiquent qu’elles pensent changer de métier suite à la pandémie. Par rapport à la précédente étude d’octobre 2020, ce chiffre progresse de 3 %. Mais ce résultat n’est pas aussi négatif qu’il n’y paraît : 21 % ont été confortées dans leur envie de continuer à pratiquer leur métier, soit 4 % de plus par rapport à la dernière étude.

Les conséquences de la pandémie pour les infirmières

Les interrogations sont nombreuses concernant l’avenir de ce métier. La reconnaissance par le grand public, comme par les autres professionnels de santé n’a, selon cette étude, pas changé. Malgré les applaudissements et la médiatisation des infirmières, elles n’ont pas le sentiment que leur situation a évolué. 90 % d’entre elles pensent que cette profession n’est pas « reconnue à sa juste valeur au sein du système de santé ».

Des nouveaux enjeux pour les métiers de demain

L’expérience de cette crise a permis de définir les enjeux des prochaines années. Selon 92 % des sondés, la crise sanitaire a montré qu’il fallait revoir le rôle et les attributions des infirmières. Mais malgré ce constat, la moitié pense que, malheureusement, cela ne changera pas.

Des grands axes de réflexion se dessinent

L’élargissement du champ de compétence

C’est la première des demandes : ces professionnelles de santé aimeraient participer à la prévention et à l’éducation thérapeutique, mais aussi être associées à une nouvelle gouvernance dans les soins. D’autres pistes de réflexion sont apparues et montrent ce que pourrait être le métier d’infirmière de demain :

• devenir un acteur incontournable du système de santé en contribuant par exemple à la coordination et à la gestion du parcours du patient ;

• développer l’usage des nouveaux outils numériques ;

• évoluer vers d’autres secteurs d’expertises comme la santé publique, le domaine judiciaire ou la sécurité en santé.

Penser un nouveau système de santé

La pandémie a montré les limites de l’efficacité du système de soins actuel, selon ce sondage. Les infirmières estiment à 64 % qu’elles n’étaient pas suffisamment prêtes à répondre à cet enjeu sanitaire : il faut changer le système de santé actuel pour qu’il soit plus adapté à ces crises. C’est l’un des principaux enseignements de ce sondage qu’il faudrait prendre en compte, même si elles sont une majorité à douter de la réelle évolution du rôle de chacun.

Les derniers articles

Bienvenue sur le site de la Complémentaire Retraite des Hospitaliers, le Plan d'Epargne Retraite proposé par le C.G.O.S Vous êtes :