Bonifications pour la retraite dans la Fonction publique hospitalière : pour qui et comment ?

date de publication 19 août 2019

Au moment du départ à la retraite, en plus de vos années de services effectives, peuvent être intégrées dans la durée d’assurance des bonifications retraite pour les hospitaliers. Ce sont des trimestres supplémentaires accordés gratuitement, sous certaines conditions, qui vont compter dans le calcul de votre pension de retraite. Depuis la réforme des retraites de 2003, chaque agent hospitalier (père ou mère) bénéficie par exemple d’une bonification d’un an (4 trimestres) par enfant, né ou adopté avant le 1er janvier 2004, à condition que l’agent ait réduit ou interrompu son activité pendant au moins 2 mois pour élever cet enfant. Pour les enfants nés après janvier 2004, la bonification est remplacée par une majoration de durée d’assurance de 6 mois (2 trimestres) par enfant, majoration réservée à la mère, à condition que l’agent hospitalier ait interrompu son activité pendant moins de 6 mois. Depuis 1990, pour le calcul de la pension de retraite, on prend aussi en compte la Nouvelle Bonification indiciaire (NBI). Elle est attribuée à certains fonctionnaires hospitaliers nommés sur des emplois ou grades comportant une responsabilité ou une technicité particulière. La NBI ouvre aussi droit à un supplément de pension qui s’ajoute à la pension attribuée à titre principal. Ces éventuelles bonifications au moment de votre passage à la retraite, pour certains agents, n’empêchent pas de constater qu’à la retraite, les revenus des agents hospitaliers baissent en général de 25 % à 30 %. La Complémentaire Retraite des Hospitaliers, dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice, vous donne la possibilité de limiter cette baisse en cotisant pendant votre vie active. C’est vous qui choisissez votre taux de cotisation en fonction de votre budget : entre 2,5 % et 5,5 % de votre traitement indiciaire brut. En retour, l’engagement de la CRH est de vous verser un revenu complémentaire à la retraite et pour toute votre vie. Vous pouvez même faire le choix d’en percevoir une partie sous la forme d’un capital.

Bonifications retraite  Fonction publique hospitalière

Qu'est ce qu'une bonification pour la retraite ?

Les bonifications sont les trimestres qui s’ajoutent aux trimestres cotisés pour le calcul du montant de la pension.

Bonifications pour enfants

Il existe des bonifications pour enfants pour les parents (père ou mère) ayant interrompu leur activité afin d’élever un enfant. La réforme des retraites de 2003 ayant modifié le système, deux régimes distincts cohabitent désormais. Pour chaque enfant né avant 2004 (ou qui a commencé à être élevé avant 2004), l’agent hospitalier bénéficie automatiquement d’une année supplémentaire rajoutée à sa durée d’assurance, soit l’équivalent de 4 trimestres. Pour en bénéficier, il faut avoir interrompu ou réduit son activité pendant au moins 2 mois, dans le cadre d’un congé de maternité, d’adoption, d’un congé parental, de présence parentale ou d’une disponibilité pour élever un enfant de moins de 8 ans.
Pour chaque enfant né après le 1er janvier 2004, sans application automatique, cette fois, l’agent hospitalier bénéficie d’une majoration de sa durée d’assurance de 2 trimestres, sous réserve qu’il ait interrompu son activité moins de 6 mois et après contrôle par la CNRACL que les conditions requises sont respectées.

La Nouvelle Bonification Indiciaire (NBI).

Instituée en 1990, la Nouvelle Bonification Indiciaire est un complément de points d'indices au salaire de base brut. Elle est prise en compte pour le calcul de la pension de retraite. Contrairement au régime indemnitaire, la NBI est obligatoirement versée à l'agent et n'exige pas de décision de l'établissement. Elle a été instituée pour tenir compte des spécificités des métiers dans le secteur hospitalier. Elle est attribuée à certains agents nommés sur des emplois ou grades comportant une responsabilité ou une technicité particulière.

Lorsqu’une baisse moyenne de revenus de 25 % à 30% s’annonce à la retraite : il faut anticiper.

Même si les bonifications ont été instaurées pour donner un coup de pouce aux pensions de retraite des agents qui peuvent en bénéficier, la baisse de revenus au moment du départ à la retraite se situe généralement entre 25 % et 30 % pour les agents de la Fonction publique hospitalière. Pas toujours évident d’assumer cette diminution du niveau de vie.

Mais il est possible de la limiter. En vous affiliant à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers (CRH), dont le C.G.O.S est l’association souscriptrice, vous cotisez selon vos possibilités financières pendant la vie professionnelle, à votre rythme.

Vous choisissez votre taux (2,5 %, 3,5%, 4,5% ou 5,5% de votre traitement indiciaire brut) et au moment du départ à la retraite, vous percevrez un complément de revenus à vie. Vous pouvez aussi choisir de recevoir une partie de votre complémentaire retraite sous forme de capital (immédiatement et en une seule fois) à hauteur de 10 % ou 20 % de la valeur de transfert de votre complémentaire retraite. Le complément de retraite restant (90 % ou 80 %) vous sera versé sous forme d'une rente trimestrielle. L’avenir est incertain, et il n’est pas prudent de compter uniquement sur sa retraite de base (même avec d’éventuelles bonifications) pour vivre sereinement lorsque le moment de la retraite arrivera.

Une seule solution : anticiper, faire le point sur votre situation personnelle et agir dès aujourd’hui.

Nos conseillers retraite sont à votre disposition et peuvent vous accompagner pour faire une simulation pour estimer votre future pension de retraite

Pour découvrir les avantages de la CRH
cliquez ici

Pour être appelé gratuitement par un conseiller
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers