Cadre responsable d’unité de soins hospitalier: sa place et son rôle dans les établissements hospitaliers

date de publication 4 mars 2019

A l’hôpital, devenir cadre de santé, puis cadre de santé supérieur, c’est quitter l’équipe de soignants. Une évolution certes passionnante, mais qui peut se révéler difficile à appréhender au début, car il faut trouver sa nouvelle place ! Les appellations sont très diverses (cadre soignant, cadre soignant de pôle…) mais recouvrent toutes des fonctions d’encadrement, d’organisation et de management des équipes. En 3ème partie de carrière, les cadres responsables d’unités de soins hospitaliers peuvent franchir une étape supplémentaire et devenir « directeurs de soins ». En 2012, les cadres de santé ont été classés par décret dans la catégorie « sédentaire » (pour ceux qui commencent leur carrière). Ceux qui étaient en poste depuis au moins 15 ans ont eu un droit d’option qui leur a permis, soit de rester en catégorie active, soit de d’entrer en catégorie sédentaire. Les deux statuts coexistent encore aujourd’hui : du coup, pour les uns (catégorie active), l’âge d’ouverture des droits à la retraite est de 57 ans, pour les autres (catégorie sédentaire), il est de 62 ans.

cadre responsable d'unité de soins hospitalier

Quand on a été aide-soignante ou infirmière, devenir cadre responsable de soins hospitaliers ou cadre de santé, c’est exercer un autre métier. Vous n'êtes plus un « acteur du soin ». Le cadre assure l'interface entre tous les intervenants : les soignants, les médecins, le patient et sa famille, l'administration... Il a un rôle de coordination, d'organisation de l'activité et de management des équipes. Certains ont parfois l’impression d’être accaparés par des taches multiples, comme la préparation des plannings, la gestion des congés, la gestion des commandes, le suivi des stocks...
Pour être cadre responsable d’unité de soins hospitaliers, il faut donc avoir une certaine force de caractère. Il faut savoir se positionner face à une équipe soignante dont on ne fait plus partie, savoir aussi prendre des décisions, avec recul, temporiser, être diplomate, ce qui n’est pas toujours facile !

Durée de la formation de cadre de santé : 10 mois

La formation de cadre de santé (sur 10 mois) est accessible à de nombreux soignants, notamment aux infirmiers, à condition d’avoir travaillé quatre années (exercice professionnel à temps plein). Pour intégrer l’un des IFCS (Instituts de Formation des cadres de santé) de France, il faut passer par un concours d’entrée. Pour ceux qui s’engagent dans cette voie, il existe ensuite des perspectives d’évolution et des passerelles. On peut accéder au grade de cadre supérieur de santé par concours, pour exercer des fonctions consistant à encadrer les cadres des équipes de pôles d’activité clinique et médico-technique des établissements, ou des fonctions de collaborateur de chef de pôle. Les grilles indiciaires ne sont évidemment pas les mêmes pour un cadre de santé et un cadre de santé supérieur. Dans une 3ème partie de carrière, les cadres de santé peuvent aussi passer le concours pour devenir « directeur de soins » : ils seront alors assimilés aux corps de direction de la fonction publique hospitalière.

Catégorie active ou sédentaire ?

Le décret du 26 décembre 2012 a classé les cadres responsables de soins hospitaliers en catégorie « sédentaire » depuis cette date. Dès 2002, les agents hospitaliers exerçant des métiers d’encadrement sont progressivement sortis des emplois relevant de la catégorie « active ». C’est le cas des cadres de santé. Le décret du 26 décembre 2012 « portant statut particulier du corps des cadres de santé paramédicaux de la fonction publique hospitalière » a classé les cadres responsables de soins hospitaliers en catégorie « sédentaire ». Tous les nouveaux cadres de santé qui arrivent en poste aujourd’hui sont donc tous classés en catégorie sédentaire

Un droit d'option pour certains cadres de santé

Un droit d’option s’applique pour ceux qui avaient 15 ans dans cette fonction fin 2012 : ils ont eu le choix d’appartenir à la catégorie « active » ou « sédentaire » A l’époque, ceux qui étaient déjà en poste depuis au moins 15 ans ont eu un droit d’option : ils ont pu choisir entre rester en catégorie active ou passer en catégorie sédentaire. Voilà pourquoi, aujourd’hui, les deux cas de figure coexistent.

La catégorie active ou sédentaire impacte sur la retraite de ces agents

Pour ceux qui sont encore en catégorie active, l’âge d’ouverture des droits à la retraite est fixé à 57 ans. Pour les cadres de santé qui sont en catégorie sédentaire, il est de 62 ans. Pour tous, il sera souvent compliqué de valider le nombre de trimestres requis (entre 167 et 172 trimestres) pour partir à taux plein. Pour tous, la pension de retraite risque alors d’être sérieusement amputée au moment du départ à la retraite.

Préparer sa retraite est une nécessité pour les cadres responsables d'unité de soins hospitaliers

Une chose est sûre : c’est que la retraite est une affaire individuelle dont il faut se préoccuper durant sa vie active.
C’est particulièrement vrai pour les hospitaliers, puisque leurs primes ne sont que très peu prises en compte pour le calcul de leur retraite de base. c’est pourquoi leur chute de revenu est importante (de 25 à 30% en moyenne). Un vrai problème si on ne l’a pas anticipé en se préparant un complément de revenu, versé durant toute sa retraite.

Renseignez-vous auprès de la Complémentaire Retraite des Hospitaliers, créée spécialement pour les agents hospitaliers de la fonction publique Hospitalière. Grâce à elle, vous pourrez anticiper et limiter votre baisse de revenus au moment du départ à la retraite.

Pour découvrir tous les avantages pour votre future retraite
cliquez ici

Pour faire une estimation de votre retraite de base
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers