Comment la Complémentaire Retraite des Hospitaliers (CRH) gère-t-elle ses 4 milliards d’euros d’actifs financiers pour respecter les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance ?

date de publication 28 janvier 2019

Les cotisations CRH que vous versez maintenant serviront demain à payer votre retraite complémentaire. Pour assurer la pérennité du système, la réserve de 4 milliards d’euros d’actifs financiers de la CRH est investie dans des placements financiers ou immobiliers. Pendant longtemps, la priorité était d’investir dans les placements les plus rentables. Aujourd’hui, d’autres critères se superposent : on tient compte désormais des préoccupations environnementales, des critères sociaux et des pratiques de gouvernance des entreprises dans lesquelles on souhaite investir au travers d’actions ou d’obligations. Ce sont les critères ESG. Quels choix la CRH a-t-elle décidé de faire ? Quels critères ont été privilégiés avant d’investir ?

Voici les réponses...

Madame Christine Clet-Messadi, Responsable chez Allianz des investissements en actions des entreprises au sein du portefeuille « Hospitaliers Valeurs durables

Madame Christine Clet-Messadi, Responsable chez Allianz des investissements en actions des entreprises au sein du portefeuille "Hospitaliers Valeurs durables" 

Les investissements durables s’inscrivent dans les décisions d'investissements et de gestion des actifs financiers de la CRH.

En complément des critères monétaires traditionnels, trois types de critères extra-financiers sont pris en compte.

  • Des critères environnementaux : les entreprises dans lesquelles la CRH investit ne doivent pas être polluantes et, par exemple, doivent au contraire savoir gérer les déchets et leurs émissions de gaz à effets de serre    

  • Des critères sociaux : par exemple, pas question d’investir dans les entreprises dont les sous-traitants pourraient faire travailler des enfants ou qui ne respecteraient ni le droit du travail en vigueur, ni les droits syndicaux.      

  • Des critères de gouvernance : la CRH n’investira pas, par exemple, dans des entreprises où les salaires des dirigeants sont jugés trop importants ou dont les conseils d’administration ne sont manifestement pas indépendants.

Ces trois critères, dits « ESG », ont désormais une importance croissante dans l'économie mondiale. Pour ce qui concerne la CRH, le C.G.O.S avec Allianz, assureur du régime, ont décidé de tenir compte au maximum des critères ESG dans sa politique d’investissement long terme.

Prenons l’exemple d’une compagnie aérienne qui présente d’excellents critères de rentabilité. Si Allianz avait fait le choix de privilégier les critères financiers, elle aurait investi sans tarder dans cette compagnie. Mais cette compagnie a des pratiques sociales assez dégradées par rapport à la moyenne des compagnies aériennes. De surcroit, elle a été accusée de plusieurs infractions à la loi du travail.

L'équipe de gestion a donc décidé de ne pas investir dans l'entreprise car des pratiques non éthiques présentent aussi un risque important pour la rentabilité de l’entreprise sur le long terme. Autrement dit, l’argent que vous versez pour la CRH, et qui est capitalisé, n’est pas investi dans des entreprises qui seraient contraires à une certaine éthique. Cet exemple illustre parfaitement la politique mise en place par la CRH

Des règles éthiques ont été fixées, une liste de restrictions a été établie

Pas question aujourd’hui d’investir dans des modèles économiques reposant sur le charbon (trop d’émissions de CO2), comme cela peut être le cas par exemple en Chine ou en Allemagne, ni dans l’industrie des armes interdites ou controversées.

Mais comment faire des choix sans se tromper ?

Il existe un système de notation ESG, établi par des agences spécialisées, comme c’est aussi le cas pour les critères financiers. Ces agences évaluent et notent les pratiques des entreprises portant sur les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Ce qui permet à la CRH d’investir dans les actions ou les obligations émises par les entreprises ou les emprunts émis par les Etats les mieux notés par ces agences.

Les actifs financiers de la CRH sont largement investis dans les emprunts d’Etat de pays qui ont exprimé un intérêt fort pour les questions ESG et la lutte contre le changement climatique, comme la France, la Belgique, les Pays Bas. Actuellement plus de 40 % des obligations sont investies sur des titres issus de pays émetteurs qui ont ratifié l’accord de Paris de 2015 sur le climat.

En regardant de près les investissements de la CRH dans les obligations d’entreprises, on constate que trois de ces sociétés ne répondent pas aux critères ESG. De plus, elles ne représentent qu’une part marginale du portefeuille total (1,1%). L’équipe de gestion a cependant choisi de les garder pour le moment. Pour leur rentabilité mais aussi et surtout parce que ces entreprises font de réels efforts pour progresser dans le domaine de l’ESG. Si les efforts ne sont pas poursuivis, l’équipe de gestion fera le choix de vendre.

Faire le tri parmi toutes les obligations vertes

Des « obligations vertes » ont aussi fait leur apparition sur le marché. Il s'agit d'emprunts obligataires émis sur les marchés financiers, par une entreprise ou une entité publique pour financer des projets contribuant à la transition écologique. La CRH a investi 156 millions d’euros (soit 4% du portefeuille) d’obligations vertes, émises par l’Etat français et des entreprises principalement dans le secteur énergétique. Un placement qui reste limité car il n’existe pas, aujourd’hui, suffisamment de placements sérieux dans le secteur « vert ». Le marché n’est pas transparent sur l’utilisation effective des fonds, et la CRH veut absolument éviter de financer ce qu’on appelle « le blanchiment écologique » : des entreprises repeintes en vert pâle dans le seul but d’attirer les investisseurs !

Le C.G.O.S et Allianz se sont engagés, depuis près de 20 ans déjà, dans cette approche vertueuse en termes de placements.
 

Depuis 2002, la même grille de lecture est appliquée par Madame Christine Clet-Messadi, responsable chez Allianz Global Investors des investissements en actions des entreprises au sein du portefeuille "Hospitaliers Valeurs Durables". Actuellement, 100% des titres détenus dans ce portefeuille ont une notation supérieure au seuil exigé et respectent les critères sur les droits de l'homme.

Enfin, pour diversifier les placements, les investissements portent aussi sur les achats d’immeubles locatifs. Les bâtiments sélectionnés sont essentiellement des immeubles de bureaux. Et là encore, les critères ESG sont pris en compte dans le choix des investissements. La CRH investit prioritairement dans les immeubles qui réduisent au maximum l’empreinte carbone et la facture énergétique (chauffage, climatisation, isolation thermique, énergie renouvelable). Ainsi, la quasi-totalité des immeubles détenus par le portefeuille CRH est-elle certifiée sur le plan environnemental.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers