Diététicien hospitalier en EHPAD : il participe aux actes de rééducation alimentaire auprès des résidents

date de publication 26 décembre 2019

En maison de retraite, les résidents ont très souvent des régimes alimentaires particuliers à respecter. Le diététicien en EHPAD doit donc veiller au cas par cas à l’équilibre nutritionnel des menus servis. Il doit être rigoureux, mais empathique et veiller à préserver un cadre convivial autour des repas, s’attacher par exemple àa prendre en compte les anniversaires et concocter un menu spécial pour les grandes occasions. Pour devenir diététicien en EHPAD, il faut aimer cette proximité avec les personnes âgées. En début de carrière, selon sa grille indiciaire, un diététicien perçoit entre 1670 et 2060 euros selon son grade : 1670 euros pour un diététicien de classe normale et 2060 euros pour un diététicien de classe supérieure.

Diététicien hospitalier en EHPAD


NOUVEAU !

En 2020, la Complémentaire Retraite des Hospitaliers évolue
Pour découvrir toutes les nouveautés

cliquez ici



Le métier de diététicien hospitalier

Il ne faut pas confondre le diététicien avec le nutritionniste qui est un médecin diplômé en nutrition et qui soigne. Le diététicien, lui, guide le patient.

En EHPAD, le diététicien a pour rôle de veiller à l’équilibre nutritionnel des menus servis. Il travaille en collaboration avec les personnels de restauration. Il réfléchit aux besoins nutritionnels des résidents de la maison de retraite par une alimentation équilibrée en prenant en compte les contraintes liées aux éventuels régimes (en coordination avec l’équipe soignante) et en s’adaptant aux goûts et habitudes des résidents.

Son objectif : assurer le maintien de l’intégrité physique des résidents, dans un climat le plus convivial possible. « Bien sûr, notre rôle c’est d’aider chaque résident à trouver le bon équilibre nutritionnel, leur permettre de perdre du poids ou simplement d'avoir une hygiène de vie plus saine. Mais en maison de retraite, c’est aussi veiller à l’amélioration de l’environnement quotidien des personnes âgées, par exemple en portant une attention particulière aux anniversaires, aux fêtes pour centenaires… » raconte Mélanie, 28 ans, diététicienne dans un EHPAD de Dordogne.

« Une des grandes qualités du diététicien, c’est bien sûr l’empathie avec le résident et sa famille… » Mélanie, 28 ans, diététicienne en EHPAD

Quand on est diététicienne en EHPAD, il faut savoir élaborer des menus équilibrés et thérapeutiques en tenant compte des goûts et des habitudes des personnes et en respectant la réglementation en matière d’hygiène alimentaire.

Mais son rôle n’est pas simplement technique, Mélanie le sait bien : « une des grandes qualités du diététicien, c’est bien sûr l’empathie avec le résident et sa famille. Nous devons créer avec chacun une relation de confiance. Ils ont besoin de notre aide, de nos conseils, de nos recommandations pour vivre mieux et plus longtemps. Parfois j’ai l’impression de faire un travail de « rééducation alimentaire » avec des personnes qui ne se sont jamais vraiment préoccupé de ce qu’ils mangeaient quand ils étaient plus jeunes…

Se sentir utile, c’est peut-être l’une des premières motivations des diététiciens en contact direct avec les résidents.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers