Agent de blanchisserie à l'hôpital: un maillon essentiel des services hospitaliers

date de publication 4 juillet 2019

Les agents de blanchisserie hospitaliers réceptionnent chaque jour tenues et blouses du personnel, chemises des patients, draps de lit, serviettes de l’hôpital ou champs opératoires : ils collectent, trient, lavent puis remettent le linge dans le circuit de l’hôpital. Les blanchisseurs hospitaliers manipulent des machines qui sont à la pointe de la technologie, mais le métier reste physiquement difficile, notamment pour le dos ! Les agents de production linge à l’hôpital attendent donc leur fin de carrière avec impatience. Mais, à la retraite, comme pour tous les agents hospitaliers, leurs revenus baisseront le plus souvent de 25 à 30 %. La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C. G. O. S. est l’association souscriptrice) propose d’anticiper cette baisse en se constituant, pendant la vie professionnelle, un complément de revenu qui sera versé à la retraite, et pour toute la vie. En cotisant chaque mois (entre 2,5 et 5,5 % de votre traitement brut selon votre choixet vos possibilités finanières), vous préparez en douceur votre départ à la retraite. Mieux : la Complémentaire Retraite des Hospitaliers (CRH) propose aussi à votre conjoint non hospitalier de cotiser. Ce qui vous permettra ensemble de cumuler des compléments de revenus et les autres avantages de la CRH.

Agent de Blanchisserie à l'hôpital: essentiel aux services hospitaliers

A l’hôpital, l’agent de blanchisserie est en première ligne dans la lutte contre les infections nosocomiales et pour la prévention des infections.

Les méthodes de traitement du linge (draps, champs opératoires ou tenues du personnel) doivent être irréprochables que ce soit en nettoyage à sec ou à l’eau. Le linge participe également à «l'image de marque de l'hôpital » : c’est ce que les patients et leurs familles regardent en premier quand ils séjournent à l’hôpital : la propreté du linge !
Agent de blanchisserie à l'hôpital est un métier physique très éprouvant (bruit, chaleur, travail debout,…) mais de plus en plus soutenu par l’utilisation de robots qui assument les taches les plus pénibles.

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers s’adapte à la situation de chacun

On devient blanchisseur à l’hôpital grâce à un CAP ou un BEP blanchisserie. Selon la grille indiciaire, en fin de carrière, cet agent de la filière logistique perçoit 1720 euros bruts mensuels. Des revenus qui vont chuter de 25 à 30 % au moment du départ à la retraite… Pour limiter cette baisse de revenus, mieux vaut l’anticiper.

C’est ce que propose la Complémentaire Retraite des Hospitaliers : préparer sa retraite en cotisant pendant sa vie active, pour se constituer demain des revenus complémentaires pour sa retraite, versés à vie, et aussi pouvoir choisir de bénéficier d’un capital lors du passage à la retraite. Et elle est accessible à tous car elle s’adapte à tous niveaux de revenus. Créée par des hospitaliers pour les hospitaliers il y a plus de 55 ans, elle sait prendre en compte les contraintes budgétaires de chacun, qui varient en fonction des choix et aléas de la vie.

C’est vous qui choisissez votre cotisation : 2,5 %, 3,5%, 4,5% ou 5,5 % de votre traitement brut. Si nécessaire, vous pouvez modifier le montant de vos cotisations, et même les interrompre momentanément en cas de besoin, sans frais ni pénalités. Sachez aussi que vous pouvez même affilier votre conjoint non hospitalier et cumuler ainsi les compléments de revenus et donc, les avantages !

Découvrir les 9 bonnes raisons de choisir la CRH
cliquez ici

Pour estimer gratuitement sa retraite de base
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers