Cotisations retraite complémentaire des hospitaliers: ce qu’il faut savoir !

date de publication 4 octobre 2018

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (CRH), dont le C.G.O.S est l’association souscriptrice, permet de s’assurer des revenus complémentaires au moment du départ à la retraite. Vous cotisez, chaque mois, pendant votre période d’activité et la CRH vous garantit une rente à vie quand vous partez à la retraite. Grâce à un dispositif très souple, dont vous gardez la maîtrise totale, c’est vous qui choisissez votre taux (entre 2,5 et 5,5% de votre traitement indiciaire brut), et donc le montant de votre cotisation. Vous pouvez même suspendre provisoirement vos versements, et les reprendre, ou même changer de taux pour tenir compte de votre situation personnelle, sans frais, ni pénalité.

Cotisations complémentaire retraite des hospitaliers

Choisir librement le taux de cotisation de sa complémentaire retraite

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (CRH) offre la possibilité de compenser la baisse programmée des revenus au moment de votre départ à la retraite. Vous cotisez chaque mois pendant votre période d’activité et la Complémentaire Retraite des Hospitaliers vous garantit de percevoir un complément de revenu à vie quand vous partez à la retraite.

Tout a été conçu, dans ce dispositif, pour vous faciliter la vie pendant la période où vous cotisez. C’est vous qui choisissez librement votre taux de cotisation : 2,5 %, ou 3,5 %, ou 4,5% ou 5,5 % de votre traitement indiciaire mensuel brut.

Exemple : pour un traitement de base mensuel est de 1350 euros bruts, si vous choisissez le taux de 2,5 %, votre cotisation sera de 34 euros. Pour le même traitement, avec un taux de 4,5 %, la cotisation s’élèvera à 61 euros.

Vous l’avez compris : le dispositif proposé offre une grande souplesse. Vous pouvez adapter la préparation de votre retraite à votre rythme, selon vos possibilités, à chaque instant de votre vie.

En cas de difficulté passagère ou si vous êtes confronté à des dépenses exceptionnelles, vous avez la possibilité de suspendre vos cotisations, puis de reprendre les versements, sans frais ni pénalité.

Vous pouvez aussi décider de ne pas suspendre vos cotisations mais d’en modifier le taux : le diminuer en cas de dépenses imprévues, ou l’augmenter si votre budget vous le permet. Là encore, sans frais ni pénalités. Clairement, c’est la liberté qui prime !

Quand on est jeune, qu’on démarre dans la vie, qu’on doit s’installer, on dispose généralement de petits moyens pour cotiser pour sa future retraite. Dans ce cas, le taux le plus bas (2,5%) permet de commencer à cotiser doucement et à faible coût.

Plus tard, si vous sentez qu’à l’occasion d’un changement d’indice, ou parce que les études des enfants se terminent, vous pouvez augmenter votre taux de cotisation, n’hésitez pas à le faire. Quand on se rapproche de la date de départ à la retraite, on peut faire le choix d’intensifier son effort, pour s’assurer un meilleur complément de retraite.

Votre conjoint non hospitalier peut lui aussi être affilié à la CRH

Enfin n’oubliez pas que votre conjoint non hospitalier peut s’affilier lui aussi, si vous êtes vous-même un agent affilié. Comme vous, il peut décider du montant de sa cotisation. Il doit simplement faire un choix parmi 15 propositions dans un barème progressif, compris entre 18 euros et 207 euros mensuels, là encore, selon ses moyens.

POUR FAIRE UNE ESTIMATION DE VOTRE RETRAITE DE BASE
cliquez ici

POUR DÉCOUVRIR TOUS LES AVANTAGES D'UNE COMPLÉMENTAIRE RETRAITE POUR VOTRE FUTURE RETRAITE
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers