Encadrant de blanchisserie à l’hôpital : un métier en constante évolution

date de publication 11 mai 2020

La blanchisserie hospitalière est un secteur qui emploie 12 000 personnes en France. Dans chaque structure, 1,5 tonne de linge est triée, désinfectée et lavée en moyenne chaque jour. Le rôle de l’encadrant de blanchisserie est essentiel : il organise son service pour respecter les délais et les impératifs de l’établissement, ainsi que des normes d’hygiène, de qualité et de sécurité strictes.

Encadrant de blanchisserie à l’hôpital

Quel est le rôle de l’encadrant de production blanchisserie ?

La blanchisserie est un maillon essentiel de la fonction linge à l’hôpital. Dans ce centre hospitalier du nord de la France, l’équipe de Jérôme traite entre 2 et 4 tonnes de linge chaque jour. « Des tenues professionnelles, les chemises pour les patients, les draps, les serviettes… », énonce cet encadrant. Bien organiser les plannings des agents de blanchisserie est donc indispensable, d’autant qu’il faut aussi s’adapter aux demandes des différents services. « Les chirurgiens ont besoin de leurs tenues tôt le matin, et le linge peut aussi être changé plus régulièrement dans certains services en cas de maladie infectieuse », ajoute Jérôme, formé à des normes d’hygiène et de qualité strictes.

La lutte contre les infections (en particulier les infections nosocomiales) est une priorité. En plus de ses fonctions d’organisation et de suivi, l’encadrant de blanchisserie est amené à conseiller l’hôpital pour de nouveaux équipements. « La fonction « linge » a beaucoup évolué ces dernières années, avec de nouvelles machines et des méthodes de tri plus précises », témoigne le Lillois.

Comment exercer le métier d’encadrant blanchisserie ?

L’encadrant blanchisserie doit justifier d’un bac +2 au minimum (BTS, DUT) et avoir suivi une formation de gestionnaire de la fonction linge en établissement de santé. Il est technicien supérieur hospitalier, avec un salaire mensuel brut de 1607,31 € en début de carrière selon la grille indiciaire de technicien supérieur hospitalier. Comme pour les autres métiers des achats et de la logistique à l’hôpital, des progressions existent comme devenir responsable de blanchisserie. Et c’est d’ailleurs une perspective qui intéresse Jérôme. C’est ce qui lui permettra de bénéficier ainsi d’une augmentation de salaire et d’avoir à terme une pension de retraite plus élevée, même si celle-ci, comme pour tous les hospitaliers, devrait être inférieure de 25 à 30 % en moyenne comparée au salaire perçu à la fin de la carrière.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers