Le métier de psychologue hospitalier : missions et compétences

date de publication 2 janvier 2020

Le métier de psychologue à l’hôpital est une fonction aux multiples facettes. Elle varie selon les établissements et en fonction des besoins. Avec le vieillissement de la population, les psychologues en gériatrie sont de plus en plus sollicités. Le psychologue clinicien va plutôt réaliser des entretiens approfondis pour proposer au patient des réponses à une détresse psychique. Un psychologue qui exerce dans le secteur public doit être titulaire d’un diplôme de niveau master 2 (bac + 5). Il est ensuite recruté sur concours.

métier psychologue hospitalier

Le rôle du psychologue à l’hôpital sera très variable en fonction du service auquel il va être affecté : pédiatrie, psychiatrie, gériatrie ou encore cancérologie, ou soins palliatifs.

En gériatrie, le psychologue réalise des évaluations neuropsychologiques des troubles cognitifs et comportementaux chez les patients âgés. Les psychologues sont d’ailleurs de plus en plus sollicités à cause du vieillissement de la population et du développement des troubles liés aux maladies dégénératives.

Le psychologue clinicien propose des psychothérapies non médicamenteuses pour aider le patient aider à surmonter une détresse psychique. Le neuropsychologue étudie les désordres de la personnalité suite à des lésions cérébrales (suite à un AVC ou une démence par exemple ou bien un traumatisme crânien).

Le psychologue à l’hôpital est aussi amené à recevoir et à soutenir le personnel soignant

Il travaille en étroite collaboration avec l’équipe médicale : il est aussi amené à recevoir et à soutenir très régulièrement le personnel soignant pour « le décharger de ses émotions ».

Comment devenir psychologue hospitalier

On devient psychologue à l’hôpital sur concours après avoir fait des études longues (diplôme universitaire en psychologie ou équivalent de niveau bac+5). Selon la grille indiciaire, le traitement brut du psychologue à l’hôpital débutant se situe un peu au dessus de 1800 euros. En fin de carrière, il atteint 3100 euros.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers