Les missions de prévention qui étaient assurées par l’Inpes, relèvent de Santé publique France depuis 2016

date de publication 19 mai 2020

Saviez-vous que l’Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) créé en 2002 n’existe plus en tant que tel, ni sous ce nom ? Depuis 2016, les missions et campagnes de prévention qu’il assurait, essentielles à la santé des Français, sont du ressort de l’Agence nationale de santé publique, aussi connue sous le nom de Santé publique France. Cette dernière regroupe également d’autres organismes : l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Éprus).

Inpes Santé publique France

L’Inpes et son rôle : un peu d’histoire

À l’origine, l’Inpes était un établissement public administratif (EPA) créé par la loi du 4 mars 2002. Sous la tutelle du Ministère de la Santé, l’Institut Inpes était chargé d’établir des programmes de santé publique pour éviter la survenue ou l’aggravation de maladie ou d’incapacités. Il lui revenait aussi de développer l’éducation à la santé et d’intervenir en cas de situations urgentes. L’Inpes a, par exemple, organisé les campagnes de prévention liées à l’alcool, au tabac, à la grippe, à la contraception et à la nutrition. L’institut Inpes a également piloté plusieurs dispositifs d’aide à distance en santé comme la ligne téléphonique « Tabac Info Service ».

Quelles sont les missions de prévention reprise par Santé publique France ?

Depuis 2016, la continuité des missions de l’Inpes est assurée par l’Agence nationale de santé publique. C’est elle qui met en œuvre les différentes campagnes de prévention et gère les sites thématiques associés (Manger Bouger, Alcool Info Service, etc). Elle intervient aussi lors de situations sanitaires exceptionnelles, comme la lutte contre la pandémie de COVID-19. Dans le cadre de son rôle de prévention, Santé Publique France a ainsi conçu plusieurs outils d’information à destination des professionnels et du grand public, pour limiter la propagation du virus.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers