Peut-on encore préparer sa retraite à 45 ans ?

date de publication 23 décembre 2019

Une complémentaire retraite ? Mais à quel âge faut-il s’en préoccuper ? A quel âge doit-on préparer sa retraite ? Même si vous avez « oublié » de vous poser cette double question en entrant dans la vie active, il n’est jamais trop tard pour bien faire : se constituer une retraite complémentaire après 40 ou 45 ans, c’est possible ! La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice) donne aux agents hospitaliers tous les moyens pour parvenir, à commencer à préparer leur retraite, efficacement, même en débutant vers 45 ans seulement.

préparer sa retraite à 45 ans


NOUVEAU !

En 2020, la Complémentaire Retraite des Hospitaliers évolue
Pour découvrir toutes les nouveautés

cliquez ici



Préparer sa retraite à 45 ans

Bien entendu, plus on prépare sa retraite tôt (dès qu’on entre dans la vie active, idéalement, surtout pour les nouvelles générations), plus le complément de revenu qu’on va se constituer pour demain sera important.

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers vous propose en effet de cotiser pendant votre vie active, d’acquérir des points qui seront transformés en complément de revenu. Mais même si vous n’avez pris conscience que tardivement de la baisse de revenus qui s’annonce quand vous serez à la retraite (25 à 30% en moins pour les hospitaliers), il n’est pas trop tard pour vous y préparer !

Et vers 45 ans, cela peut être le bon moment : vous êtes désormais installé dans la vie, si vous avez des enfants, ils ne sont peut-être plus en bas-âge ; ainsi il est plus facile de consacrer un petit budget pour cotiser à une complémentaire retraite en vue d’améliorer votre future pension. Alors n’hésitez pas et lancez-vous !

Vers 45 ans, on a généralement plus de moyens qu’à 25 ans pour cotiser à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers vous propose de choisir vous-même votre taux et donc le montant de votre cotisation mensuelle : 2,5 % ou 3,5 % ou 4,5% ou 5,5% de votre salaire brut mensuel.

A 45 ans, on a un peu plus de moyens qu’à 25 ans. Alors vous pouvez peut-être plus facilement vous permettre de choisir directement un taux plus élevé que vous ne l’auriez fait plus jeune (3,5 %  ou 4,5 %  par exemple) ce qui va vous permettre de verser un peu plus par mois et donc de rattraper le retard que vous avez pu prendre en ne cotisant pas plus tôt.

Et en fin de carrière, quand vos enfants ne seront plus à charge, vous pourrez peut-être même augmenter encore votre taux si vous le pouvez, pour améliorer votre future retraite.


Enfin, n’oubliez pas que 100 % des cotisations sont déductibles de votre revenu imposable, donc en plus, en préparant votre avenir, vous faites des économies d’impôt chaque année !

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers