Vers la création d'une spécialité infirmière en pratique avancée en gérontologie (IPAG) ?

Il existe à ce jour 4 domaines d’intervention pour les infirmiers en pratique avancée (IPA) : pathologies chroniques, oncologie, maladie rénale, psychiatrie. Si l’ajout d’une spécialité urgences est en cours de discussion, une autre pourrait aussi apparaître : la gérontologie. Un référentiel de compétences a été proposé en ce sens en décembre 2020 à l’occasion des Journées annuelles de la Société française de gériatrie et gérontologie (SFGG).

Le poste d’IPAG, pour une meilleure prise en charge des sujets âgés

L’infirmière en pratique avancée (IPA) occupe un poste intermédiaire entre les médecins et les infirmiers. Grâce à des compétences ciblées – les domaines d’intervention – elle contribue à améliorer la qualité des soins et à réduire la charge de travail des praticiens. La création d’une spécialité en gérontologie s’inscrirait dans cette logique, dans l’intérêt des patients âgés qui constituent une population bien particulière. Car si leur prise en charge est déjà intégrée aux différents domaines d’intervention existants de l’IPA, l’infirmière en pratique avancée en gérontologie (IPAG) offrirait une véritable valeur ajoutée. Elle permettrait d’aborder le patient âgé dans sa globalité : un seul acteur dédié à des individus à part entière, à chaque étape de leur parcours de soins, et pas seulement à leurs pathologies spécifiques.

Quelles seraient les missions de l’infirmière en pratique avancée en gérontologie ?

Proposé par un groupe de travail de la Société française de gériatrie et gérontologie, le référentiel décrit les compétences et le cadre de l’activité de l’IPAG. L’infirmière en pratique avancée en gérontologie s’adresserait ainsi aux patients de 65 ans et plus polypathologiques, et plus globalement aux patients de 75 ans et plus. Elle exercerait aussi bien à l’hôpital qu’en EHPAD, en soins de ville ou à domicile. Grâce à une expertise clinique du vieillissement, l’IPAG aurait notamment pour missions de dépister les fragilités, d’adapter les soins, de prévenir les complications liées à la perte d’autonomie et à la mortalité, et d’observer systématiquement la balance bénéfice/risque pour chaque décision.

Elle serait aussi identifiée comme un professionnel ressource en gérontologie lors de projets de recherche ou d’évaluation des protocoles de soins. À ce jour, le calendrier de la création du poste d’IPAG n’est pas connu. Pour rappel, une formation de deux ans est requise pour devenir IPA. Une évolution de carrière intéressante pour les infirmières, avec une rémunération plus importante : le salaire commence à 2591,37 euros brut mensuel.

Une bonne chose pour évoluer dans son métier, mais aussi pour prétendre à une meilleure retraite plus tard.

Estimez
votre retraite de base Pour y voir plus clair sur le montant de votre future retraite

J'estime

Découvrez
les 9 avantages de la Complémentaire Retraite des Hospitaliers

Je découvre

Les derniers articles