Découvrir le métier d'aide médico-psychologique de la fonction publique hospitalière

date de publication 19 septembre 2019

L’aide médico-psychologique (AMP) à l’hôpital, en EHPAD ou dans tout autre établissement d’accueil spécialisé, est avant tout un accompagnant éducatif et social. Il aide la personne dépendante à sortir de son isolement. Cet aide médico-éducatif est un soutien au bien-être de la personne et un médiateur pour l’insertion et la socialisation. Auxiliaire éducatif, c’est un métier de contact et d’écoute, un emploi de catégorie C. Particularité : Le corps des AMP est fusionné avec celui des aides-soignants et des agents de services hospitaliers qualifiés. Des passerelles existent entre ces métiers. Selon la grille indiciaire, un AMP perçoit 1537 euros bruts en début de carrière. Son traitement maximal en fin de carrière sera de 2183 euros. Comme pour tous les agents de la Fonction publique hospitalière, sa baisse de revenus à la retraite se situera généralement entre 25 %et 30 %. Ce n’est pas négligeable. La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice) vous permet précisément d’anticiper cette baisse. En cotisant selon vos moyens tout au long de votre carrière, vous vous constituez un complément de revenu pour votre retraite. Et si vous vous affiliez en 2019 et que vous avez entre 18 et 35 ans révolus, 1 mois de cotisation supplémentaire vous sera offert chaque année jusqu'à vos 35 ans, pendant 5 ans maximum.

métier d'aide médico-psychologique de la fonction publique hospitalière

L’aide médico-psychologique (AMP) de la fonction publique hospitalière

Qu’il/elle travaille en institut médico-éducatif, en maison d’accueil spécialisé, en centres d’hébergement et de réinsertion sociale, en EHPAD ou en hôpital, l’aide médico-psychologique (AMP) prend en charge au quotidien des personnes handicapées (enfants, adolescents, adultes) ou des personnes âgées dépendantes. Son objectif : développer les capacités motrices et intellectuelles.

« Quand un résident fait des progrès, même minimes, en matière de motricité, on se dit qu'on sert vraiment à quelque chose. Et il se crée des liens forts avec certaines des personnes dont je m'occupe…», raconte Edwige, AMP dans un EHPAD de l’est de la France près de Bar-le-Duc. Mais elle prévient aussi : « On doit être proche des résidents, mais pas trop non plus. On n'est pas leur ami, on est obligé de se protéger psychiquement… »

Le contact humain est donc primordial. Il faut de solides qualités humaines, beaucoup de patience et d’attention, être à l’écoute d’interlocuteurs qui peuvent se trouver dans l’incapacité de s’exprimer correctement. Et une bonne condition physique pour porter les patients, le cas échéant ! L’AMP peut aussi animer des projets éducatifs, qui visent à préserver ou améliorer la motricité des résidents, des visites à l'extérieur, dans des lieux culturels.

Le corps des aides médico-psychologiques est fusionné avec le corps des aides-soignants et des agents de service de services hospitaliers

L’aide médico-psychologique participe aux tâches éducatives sous la responsabilité de l’éducateur spécialisé ou d’un agent para-médical. Il travaille donc dans une équipe pluridisciplinaire et peut être amené à effectuer des gardes la nuit et le week-end. Pour exercer, il faut être titulaire du diplôme d’État d’aide médico-psychologique. La formation, répartie sur 12 ou 24 mois et dispensée par une cinquantaine d’établissements en France, est accessible par la voie initiale ou en formation continue. Depuis le décret du 3 août 2007 portant statut particulier du corps, les aides médico-psychologiques constituent un emploi de catégorie C de la filière socio-éducative. Le corps est fusionné avec le corps des aides-soignants et des agents de services hospitaliers qualifiés qui comprend également les auxiliaires de puériculture.

A bientôt 40 ans, Edwige songe d’ailleurs à une évolution : « Le social, c'est vraiment le secteur dans lequel je veux rester. Mon ambition, c'est de repartir rapidement en formation pour devenir aide-soignante. Ce qui me permettra d'avoir davantage d'opportunités d'évoluer dans des structures différentes… »

Comme tous les agents hospitaliers, une fois à la retraite, les revenus des aides médico psychologiques baissent généralement de 25 % à 30 %

Selon la grille indiciaire, la rémunération brute d’un AMP est de 1 537 euros en début de carrière pour atteindre 2 183 euros au dernier échelon du grade d’aide médico-psychologique de classe exceptionnelle. Et comme pour tous les agents de la Fonction publique hospitalière, au moment du départ à la retraite, l’AMP enregistre le plus souvent une baisse de revenus de 25 % à 30 %. Soit, pour reprendre l’exemple de l’AMP au dernier échelon, une baisse annoncée de 650 euros par mois. Mieux vaut donc prendre les devants en souscrivant à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers.

En cotisant pendant la vie professionnelle, vous vous constituez un complément de revenu à la retraite et pour toute votre vie. Vous choisissez vous-même votre taux (entre 2,5 % et 5,5% de votre traitement brut) et si vous vous affiliez en 2019 et que vous avez entre 18 et 35 ans révolus, 1 mois de cotisation supplémentaire vous sera offert chaque année jusqu'à vos 35 ans, pendant 5 ans maximum.

Pour découvrir tous les avantages de la CRH
cliquez ici

Pour estimer gratuitement votre retraite de base
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers