Les métiers d'appareillage de soins à l'hôpital

date de publication 20 août 2020

Dans la Fonction publique Hospitalière, les métiers d’appareillage de soins sont une sous-catégorie dans la famille des métiers de soins. Ces agents sont par exemple audioprothésiste, prothésiste dentaire ou orthoprothésiste. Ils conçoivent, au sein de l’hôpital, des dispositifs médicaux comme des prothèses ou des orthèses pour différentes parties du corps. Mais il existe aussi des spécialités qui sont moins connues comme épithésiste, oculariste, , opticien-lunetier ou podo-orthésiste. Ces activités manuelles allient technicité et relation privilégiée avec le patient, pour adapter au mieux la prothèse au besoin du patient.

Métiers d'appareillage de soins à l'hôpital

Quels sont les différents métiers de l’appareillage de soins à l’hôpital ?

Ces professionnels paramédicaux hospitaliers interviennent sur prescription médicale et travaillent en collaboration étroite avec les médecins spécialistes. L’orthoprothésiste par exemple, conçoit et fabrique des prothèses pour remplacer des membres absents ou amputés. C’est aussi le cas de l’épithésiste qui est spécialisé dans les prothèses de la face : il peut concevoir des parties manquantes du visage, comme une oreille, pour que le patient retrouve une meilleure apparence.

L’oculariste est quant à lui spécialiste des prothèses oculaires, lorsque l’œil est manquant. L’audioprothésiste améliore l’audition des malades grâce à des prothèses auditives et le prothésiste dentaire participe à ce que le patient ait une dentition efficace. Le plus connu, et le plus rare en milieu hospitalier, est l’opticien-lunettier qu’il ne faut pas confondre avec l’ophtalmologue.

Enfin l’orthopédiste – orthésiste conçoit des orthèses pour soulager les douleurs, alors que le podo-orthésiste est spécialiste des pathologies du pied. Il fabrique par exemple des semelles orthopédiques.

Accompagner les patients pour les aider à accepter leur prothèse

Pour l’ensemble de ces métiers, il est indispensable de faire preuve de psychologie pour que le patient accepte sa prothèse et puisse l’intégrer au mieux dans sa nouvelle vie. Ce professionnel de santé dispense un véritable accompagnement tout au long du traitement, en collaboration avec les équipes autour du médecin spécialiste.

Chaque métier a sa formation particulière, du niveau CAP au niveau BAC +2 selon les cas. Il existe aussi des études communes, comme le BTS prothésiste-orthésiste, par exemple ,qui permet de devenir épithésiste ou podo-orthèsite.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers