IDE : avez-vous pensé à l’oncogériatrie pour évoluer dans votre pratique ?

date de publication 4 mai 2020

L’oncogériatrie (rapprochement de deux spécialités : la gériatrie et la cancérologie) est un secteur récent où sont apparus de nouveaux métiers. Parmi eux, celui d’infirmière en oncogériatrie. Il ne fait pas partie des spécialisations de l’IDE, mais offre une opportunité pour aborder d’autres aspects des soins infirmiers auprès de patients âgés.

IDE en oncogériatrie

Quel est le rôle de l’IDE en oncogériatrie ?

Le métier d’IDE en oncogériatrie est apparu il y a environ une dizaine d’années à la suite de la création d’unités d’oncogériatrie dans le cadre du Plan cancer 2003-2007. Il ne s’agit pas d’une spécialité comme le sont la gériatrie ou l’oncologie, mais d’une nouvelle approche globale. Celle-ci permet une prise en charge spécifique du cancer chez les personnes âgées, en tenant compte des effets du vieillissement. Les missions de l’infirmière en oncogériatrie vont de l’évaluation gériatrique et du suivi des patients âgés entre les cures à la formation ou à la recherche.

En général, elle travaille en binôme avec un médecin oncogériatre. L’infirmière en oncogériatrie intervient donc auprès de patients âgés et fragiles atteints de cancer, après une évaluation gériatrique approfondie. Ce métier implique d’exercer dans un cadre multidisciplinaire et en équipe, pour faire le lien entre les professionnels de santé des deux spécialités. De bonnes capacités d’organisation et de communication sont aussi indispensables pour assurer le suivi des malades, souvent polypathologiques et en perte d’autonomie.

Devenir IDE en oncogériatrie : plusieurs formations possibles

Le métier d’infirmière en oncogériatrie est une autre manière d’exécuter des soins infirmiers en faisant appel à des compétences transversales. Pour accéder à cette pratique spécialisée, plusieurs parcours sont envisageables. Il est souhaitable d’avoir déjà travaillé en oncologie ou en gériatrie, mais ce n’est pas obligatoire. Il est également recommandé d’obtenir un DU (diplôme universitaire) spécifique, parmi ceux proposés à Nantes, Paris, Bordeaux, Lyon ou encore Marseille.


À savoir : l’exercice en oncogériatrie, une orientation de vie professionnelle qui a de l’avenir, ne fait pas partie des spécialisations de l’IDE permettant une revalorisation salariale. Pour obtenir une rémunération plus importante au fil de sa carrière – ainsi qu’une meilleure retraite – il reste possible d’évoluer vers un poste de cadre de santé, par exemple.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers