Les différentes spécialités du métier d’infirmière

date de publication 6 février 2020

Le métier d’infirmier dans la Fonction publique hospitalière propose des évolutions de carrière intéressantes. En effet, les spécialisations offrent la possibilité aux IDE de se former à des techniques spécifiques pour exercer dans des services différents. C’est aussi un bon moyen de se perfectionner dans des domaines que l’on affectionne particulièrement. Cette tendance à la spécialisation est croissante depuis plusieurs années avec de 57 755 en 2018 contre 51 118 infirmières spécialisées en 2014. Les infirmières puéricultrices (IPDE) sont les plus nombreuses suivies par les IADE, les infirmiers spécialisés en anesthésie-réanimation.

Les spécialités du métier d'infirmière

Quels sont les principaux avantages de la spécialisation d'une infirmière ?

La formation continue tout au long de sa carrière est le moyen de valoriser et de développer ses compétences. Plusieurs mois sont nécessaires pour acquérir les connaissances requises et se lancer parfois dans une nouvelle « profession ». Certaines spécialités, comme infirmière puéricultrice (IPDE) permettent de travailler uniquement au contact des enfants. Pour les infirmières IBODE, c’est le bloc opératoire qui devient le lieu principal de travail.

Les possibilités de spécialisation des infirmières sont nombreuses

Avec l’entrée en vigueur de la loi de 2016 sur la modernisation du système de santé, l’IPA, l’Infirmier de Pratique Avancée, occupe une place particulière au sein d’une équipe pluridisciplinaire, avec une approche multidimensionnelle des soins. Et son rôle va prendre de plus en plus d’importance dans les futures organisations au sein des hôpitaux.

En accord avec les médecins, les IPA renouvellent, adaptent ou encore prescrivent des traitements ou des examens. Ils proposent aussi des actions de prévention ou de dépistage. Au-delà des spécialités comme les infirmiers en anesthésie-réanimation (IADE), il existe des formations moins connues. Par exemple le diplôme universitaire de tabacologie pour devenir infirmier tabacologue, ou celui de « circulation extra corporelle » pour devenir infirmière perfusionniste.

Un enjeu sur le long terme

En plus d’offrir une progression professionnelle à l’IDE, ces formations sont aussi l’occasion d’améliorer sa rémunération. En effet, les grilles indiciaires hospitalières pour les infirmiers tiennent compte de ces compétences accrues. Le montant du salaire brut est, par exemple, supérieur pour un IBODE, puisque le l’indice est valorisé. C’est également le cas pour les IDE qui deviennent cadre de santé (CDS).

Et une meilleure rémunération aujourd’hui signifie aussi une pension de retraite plus élevée demain.

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers