Psychomotricien hospitalier : salaire et grille indiciaire

date de publication 22 août 2019

Le corps des psychomotriciens hospitaliers participe aux actes de rééducation auprès des patients dans la fonction publique hospitalière (hospices publics, maisons de retraite publiques, EHPAD, services départementaux de l’aide sociale à l’enfance, établissements pour mineurs ou adultes handicapés, centres d’hébergement, centres d’accueil de soins, hôpitaux…). Ils évaluent les fonctions sensori-motrices et psychomotrices et posent un diagnostic sur ces sujets et mettent en oeuvre une rééducation et réadaptation pour les corriger. Ils sont très peu nombreux à travailler en libéral. Ils sont rééducateurs en psychomotricité, psychorééducateurs(trices), thérapeutes en motricité… Pour exercer, il faut être titulaire d’un diplôme d’Etat qui se prépare en 3 ans. En fin de carrière, le salaire d’un psychomotricien à l’hôpital est inférieur à 2850 euros bruts (en classe normale). A la retraite, comme tous les agents hospitaliers, il perdra environ 25 % à 30 % de ses revenus, car les primes ne sont que très partiellement prises en compte dans le calcul des pensions de base. Soit une perte de plus de 850 euros mensuels pour un psychomotricien hospitalier en haut de grille, dont le salaire est maximal. La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (CRH), dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice, vous offre la possibilité de contenir cette baisse, de la freiner : en cotisant pendant votre carrière (100 % de vos cotisations sont déductibles de votre revenu net global), vous vous constituez pour demain un revenu complémentaire régulier, qui vous sera versé dès votre départ à la retraite et pour toute votre vie.

Psychomotricien hospitalier : salaire et grille indiciaire

Le métier de psychomotricien à l'hôpital

Bégaiement, tics, troubles du comportement,…, certaines difficultés psychologiques s’expriment au niveau du corps: le psychomotricien cherche à corriger ces difficultés d’origine psychique que peuvent rencontrer les adultes, et plus encore les enfants. Il peut travailler en libéral, mais il exerce surtout à l’hôpital. Son but, et c’est tout l’intérêt du métier, c’est de faire retrouver au patient harmonie et plaisir corporel après un accident ou une pathologie. Du bébé prématuré à la personne en fin de vie, le psychomotricien intervient auprès de patients de tous les âges, à tout moment de la vie.

3 ans pour obtenir le diplôme d’Etat de psychomotricien

Le diplôme d’État de psychomotricien se prépare en 3 ans après le bac (mais une année de préparation préalable est souvent nécessaire). La formation est accessible sur concours (près de 1.000 places chaque année) et assurée dans 12 établissements. Certains sont rattachés à des universités : par exemple l’UPMC à Paris, Claude-Bernard à Lyon ou encore Paul-Sabatier à Toulouse. Les psychomotriciens constituent un emploi de catégorie B de la filière de rééducation (décret de juin 2011). Dans le cadre du protocole d’accord signé en 2012, le corps a été intégré dans NES-Nouvel Espace Statutaire qui regroupe l’ensemble des corps de rééducation (pédicure-podologue, masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste, orthoptiste, diététicien).

A la retraite, la baisse de revenu pour les psychomotriciens hospitaliers est d’environ 850 euros par mois

Selon leur grille indiciaire, les psychomotriciens hospitaliers perçoivent, en début de carrière, 1818 euros bruts mensuels (classe normale) et 2849 euros en fin de carrière, juste avant de partir à la retraite. Mais comme tous les agents hospitaliers, ils perdront en général 25 % à 30 % de leurs revenus entre le dernier traitement perçu en activité et la première pension de retraite. Ce n’est pas rien sur un budget quand on a envie de souffler et de profiter de la vie une fois à la retraite !

Choisir une complémentaire retraite adaptée aux hospitaliers

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers permet de contrer ce phénomène, de le ralentir : en cotisant) pendant votre vie active, en fonction de vos possibilités financières, vous vous constituez pour demain un complément de revenu qui vous sera versé à la retraite régulièrement et jusqu’à la fin de votre vie ! En plus, 100 % de vos cotisations sont déductibles de votre revenu net global, dans la limite d'un plafond et dans les conditions fixées par la législation fiscale en vigueur.

Pour découvrir les avantages de la CRH
cliquez ici

Pour être appelé gratuitement par un conseiller
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers