Quel rôle pour une auxiliaire de vie sociale en EHPAD, en maison de retraite ou à domicile ?

date de publication 12 septembre 2019

Les auxiliaires de vie sociales (AVS) travaillent auprès des personnes fragiles et dépendantes qui ne peuvent accomplir seules les actes de la vie quotidienne (lever, coucher, toilette, habillement…). Quand elles sont auxiliaires de vie en EHPAD, elles travaillent en lien direct avec les seniors (suivi personnalisé), leurs proches et les professionnels de santé exerçant dans l’établissement.
Avec le vieillissement de la population et l’augmentation de l’espérance de vie, le recrutement des auxiliaires de vie est en hausse. Pour exercer le métier d'AVS, il faut être titulaire du diplôme d'Etat d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS). Le salaire net est aligné sur le SMIC (1202 euros pour 35 heures), mais pour celles qui travaillent à domicile, le temps de travail est fractionné, et le temps partiel est assez courant. Dans tous les cas, la baisse de salaire des auxiliaires de vie de la Fonction publique hospitalière au moment de leur départ à la retraite sera de l’ordre de 25 à 30 %. La Complémentaire Retraite des Hospitaliers (dont le C.G.O.S. est l’association souscriptrice) vous propose d’anticiper cette baisse, de cotiser pendant votre carrière, pour vous constituer un complément de revenu qui vous sera versé à la retraite et pour toute votre vie. Double avantage : vous choisissez vous-même le montant de votre cotisation (2,5%, 3,5 %, 4,5 % ou 5,5 % de votre traitement brut) et en cas de difficulté de trésorerie, vous pouvez suspendre puis reprendre les cotisations sans frais ni pénalités.

auxiliaire de vie sociale en EHPAD ou en maison de retraite

Le métier d'auxiliaire de vie sociale

L’auxiliaire de vie sociale (AVS) est chargée d’aider des personnes malades, handicapées ou incapables à accomplir les actes de la vie quotidienne toutes seules. Elle travaille aussi avec les personnes âgées dépendantes pour apporter son soutien dans tous les actes de la vie ordinaire comme le lever, le coucher, les changements de positions, la toilette, l’habillage, le repas et les activités de loisirs.

Les auxiliaires de vie (AVS) suivent une formation en alternance pour obtenir le DEAVS (Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Vie Sociale)

Les auxiliaires de vie sociale sont titulaires d’un DEAVS (Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Vie Sociale). La formation se fait en alternance sur une durée de 9 à 36 mois. Elles exercent le plus souvent en maison de retraite, Ehpad, ou à domicile, très rarement en milieux hospitalier. Le métier s’apparente à celui d’Agent des services hospitaliers, à l’hôpital. Il existe des possibilités d’évolutions, en passerelles courtes vers le métier d’aide–soignante (possibilité d'allégements dans la préparation du diplôme d'aide-soignant), et en perspective plus longue vers celui d’infirmière.

Rôle des auxiliaires de vie sociale en EHPAD

Les auxiliaires de vie sociale sont très présentes dans les maisons de retraite pour aider les seniors. Les auxiliaires de vie sociale en EHPAD accompagnent les résidents dans les actes de la vie quotidienne pour les aider à préserver ou restaurer leur autonomie. Les AVS les accompagnent aussi lors des sorties et promenades pour favoriser le maintien de la vie sociale des résidents. Elles ne peuvent pas réaliser de soins, mais elles alertent les professionnels de santé de l’établissement en cas de besoin.

Rôle des auxiliaires de vie sociale à domicile

Le temps de présence de l'AVS à domicile est découpé en fonction des besoins de la personne dépendante (lever, toilette, repas, coucher). Il est donc souvent fractionné. L'auxiliaire de vie exerce donc souvent à temps partiel et est amenée à se déplacer.

Quel salaire pour un AVS ? Quelle retraite ensuite ?

Le salaire minimum d'une aide à domicile s'aligne sur le SMIC : 1520 euros brut par mois (soit 1202 euros net) pour 35 heures de travail hebdomadaires. En fin de carrière, le salaire peut aller jusqu'à 1700 euros brut (dans le secteur public) et 2000 euros brut (dans le secteur privé). (source : Ministère des affaires sociales et de la santé). C'est un métier où il est fréquent de travailler dimanches et jours fériés, une compensation de salaire est prévue pour ces jours-là.

Comme tous les autres agents hospitaliers du secteur public, les auxiliaires de vie sociale ont intérêt à souscrire à la Complémentaire Retraite des Hospitaliers pour préparer leur retraite

Mais dans tous les cas de figure, une fois à la retraite, les Auxiliaires de vie sociale dans la Fonction publique hospitalière perdront généralement entre 25 % et 30 % de leurs revenus au moment du départ à la retraite. Voilà pourquoi il faut s’y préparer pendant la vie professionnelle. C’est ce que propose la Complémentaire Retraite des Hospitaliers.

En cotisant tout au long de votre carrière, vous vous constituez petit à petit un complément de retraite qui vous sera versé ensuite pendant toute votre vie. Vous choisissez votre taux (entre 2,5 % et 5,5 % de votre traitement brut), vous pouvez le modifier, suspendre vos versements puis les reprendre, sans frais ni pénalités. Ce complément de retraite 100 % dédiés aux agents hospitaliers (et aux conjoint des affiliés) est donc accessible à tous les niveaux de revenus.

Pour être gratuitement appelé par un conseiller
cliquez ici

Pour estimer gratuitement en quelques clics votre retraite de base
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers