Quels métiers hospitaliers pourraient être très impactés par la future réforme des retraites 2020 ?

date de publication 14 novembre 2019

La réforme des retraites de 2020 vise à unifier l’ensemble des régimes de retraites, à regrouper tous les Français dans un seul et même « régime universel par points ». L’âge d’ouverture des droits à la retraite devrait désormais être unique : 62 ans pour tous. Dans la Fonction publique hospitalière, cette réforme des retraites annoncée suscite des inquiétudes : qu’en sera-t-il pour de nombreux agents hospitaliers de catégorie active dont l’âge d’ouverture des droits à la retraite est aujourd’hui fixé à 57 ans (pour risques et fatigue) ? Sont notamment concernés des emplois très féminisés : les aides-soignantes, certaines sages-femmes, les auxiliaires de puériculture et les agents des services hospitaliers (ASH) notamment. Les pouvoirs publics envisageraient bien un alignement de tous sur 62 ans comme âge légal de départ à la retraite. Mais, pour ces agents, avec une compensation : le C2P (Compte professionnel de Prévention, nouveau nom du « compte de pénibilité », jusque-là réservé aux salariés du privé, qui pourrait être étendu à tous, pour diminuer l’impact négatif de la réforme des retraites sur les agents de la Fonction publique.

Réforme des retraites 2020 impact hospitaliers

Une Réforme des retraites prévue pour 2020

Le grand bouleversement de la réforme des retraites promise pour 2020, serait la création d’un « système de calcul universel par points ». On ne parlerait plus de trimestres requis ni d’annuités à valider. Chacun accumulerait tout au long de sa carrière des points qui seront ensuite transformés en pension. Le système est dit « universel » car commun au secteur public et au secteur privé, et il a vocation à s’appliquer à tous.

De la même manière, l’âge d’ouverture des droits à la retraite devrait être fixé pour tous à 62 ans. Ce qui implique la suppression des 42 régimes spéciaux existants et la remise en cause des régimes particuliers, notamment pour les agents hospitaliers de « catégorie active ».

Pour les aides-soignantes (elles sont plus de 207 000), pour une partie des sages-femmes, pour les auxiliaires de puériculture et pour les agents de services hospitaliers (61 000 ASH en France), tous des métiers rattachés à la catégorie « active », l’âge d’ouverture des droits à la retraite est actuellement fixé à 57 ans. C’est une façon de tenir compte des risques ou de fatigues exceptionnelles liés à leurs métiers.

L’âge d’ouverture des droits à la retraite des agents hospitaliers de catégorie active risque d’être décalé de 57 à 62 ans

Si le système devient vraiment universel, c’est-à-dire applicable à tous sans exception, ces agents hospitaliers de catégorie « active » perdraient leur spécificité : l’âge d’ouverture de leurs droits à la retraite serait décalé de 57 à 62 ans. Les femmes risquent d’être les premières visées par ces bouleversements car elles sont très nombreuses à occuper les postes concernés.

Des pistes avancées pour tenir compte de la pénibilité

Les pouvoirs publics ont avancé des pistes pour compenser et tenir compte malgré tout de la pénibilité de ces métiers. Le Haut Commissaire à la réforme des retraites a proposé par exemple d’étendre à la fonction publique le bénéfice du C2P (Compte professionnel de prévention) jusque là réservé aux salariés du privé. C’est l’équivalent de l’ancien « compte de pénibilité » en vigueur jusqu’en 2017.

Le C2P permet d’accumuler des points qui permettent de partir plus tôt à la retraite. S‘il était étendu à la Fonction publique et notamment aux agents hospitaliers, reste à savoir si les points acquis compenseraient la suppression de l’ouverture des droits à la retraite à 57 ans.

Les discussions sur cette réforme des retraites se poursuivront pendant le 1er semestre 2020.

Dans le flou, il est prudent de prendre les devants pour s’assurer du point de vue financier plus de sérénité pour faire face à son avenir.

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers, créée par le C.G.O.S depuis plus de 55 ans, propose une solution de retraite complémentaire dédiée aux fonctionnaires hospitaliers et à leurs conjoints :

  • Personnels, agents et praticiens hospitaliers publics (contractuels ou titulaires), y compris les agents de l'AP-HP
  • Conjoints, concubins et partenaires pacsés d'un agent ou praticien hospitaliers déjà affilié

Pour en savoir plus sur la CRH du C.G.O.S
cliquez ici

Vous souhaitez estimer gratuitement votre retraite de base ?
cliquez ici

Partager
contact Complémentaire retraite des hospitaliers